Un soutien exigeant au Président Macron : c’est sur cette ligne politique que les Mayennais de la 1ère circonscription m’ont accordé leur confiance et m’ont réélu député à plus de 61 % des voix, face à une candidate LREM. Cette élection m’oblige à la responsabilité, en même temps qu’elle me rend libre vis à vis de la majorité parlementaire.

Dans un tant pays ou tant de colère et d’inquiétudes se sont exprimées durant la présidentielle, où le FN a réuni plus de 10 millions de voix, nous avons collectivement une obligation de résultats.

Durant la campagne, les électeurs, m’ont dit leur volonté de donner sa chance à Emmanuel Macron, et de l’aider à réussir son quinquennat. Ils m’ont dit aussi compter sur les députés de gauche pour défendre des valeurs de justice et de solidarité dans les lois proposées, et faire entendre une voix différente au Parlement, pour résister aux sirènes de l’uberisation. La réforme du droit du travail sera ainsi un rendez-vous important, et devra éviter toute précarisation supplémentaire des salariés.

J’en suis convaincu : c’est parce que je vote aujourd’hui la confiance que je serai plus fort ensuite pour proposer, enrichir, critiquer, chaque fois que nécessaire.