Lors des questions au gouvernement de ce mercredi, j’ai interrogé le Premier Ministre sur les conclusions d’un récent rapport de la Cour des Comptes, qui fait état de l’aggravation de la désertification médicale en France. Ce rapport insiste sur une inégalité, celle de l’accès aux soins.

Lorsqu’on ne trouve plus de médecins près de chez soi, c’est tout le quotidien d’une personne, d’une famille, d’une commune, qui est fragilisé. Et malgré tout ce qui a été tenté depuis 10 ans, le problème s’aggrave. Pour mettre fin à ces inégalités, la Cour des Comptes recommande la mise en place du conventionnement sélectif.

C’est précisément le sens de la proposition de loi déposée, avec les députés du groupe Nouvelle gauche, visant à instaurer un conventionnement territorial, pour ne plus autoriser la Sécurité Sociale à conventionner avec un nouveau médecin là où les besoins sont déjà pourvus, et donc pour l’inciter à s’installer ailleurs, là où on en manque.

L’intérêt du rapport de la Cour des comptes est de mettre chacun devant ses responsabilités. J’ai demandé au Premier Ministre quelles suites son Gouvernement comptait réserver aux conclusions de ce rapport, pour mettre fin aux dérives d’un système à bout de souffle, et garantir à tous un égal accès à la santé.