Une proposition de loi votée à l’unanimité à l’Assemblée en février 2017 prévoyait de porter les retraites agricoles de 75 à 85% du Smic pour une carrière complète de chef d’exploitation, au 1er janvier 2018.

Le texte devait être adopté par le Sénat mais le Gouvernement a, au dernier moment, empêché le vote par une manœuvre de procédure.

C’est  un coup de force qui empêche une revalorisation prévue et attendue des retraites agricoles.

Pour l’actuel Gouvernement, porter le minimum des retraites agricoles de 75% à 85% du smic, pour un coût 350 millions d’euros, c’est trop… alors qu’il a supprimé, sans hésiter, l’Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), pour un coût de 3,5 milliards d’euros, faisant bénéficier aux 100 contribuables les plus riches d’un gain de 582 000 € par an.

Deux poids, deux mesures.

Ce coup de force du Gouvernement est injustifiable. Ce sont les agriculteurs les plus modestes qui sont pénalisés.