Ce mardi, Guillaume Garot et Yannick Favennec ont rencontré Elisabeth Borne, ministre des Transports, et son cabinet, au sujet des nuisances subies par les riverains de la LGV.

Si nul ne conteste l’utilité des nouvelles lignes LGV, les associations de riverains déplorent le fait que les seules réponses apportées aux nuisances sonores et vibratoires, ont consisté, jusqu’à présent, en des mesures acoustiques calculées en « moyenne » sur 24 heures, sans tenir compte des pics de bruit ponctuels et répétés au cours de la journée.

Pour Guillaume Garot et Yannick Favennec, « cette seule mesure de la moyenne ne rend pas compte des véritables nuisances provoquées ».

Les deux députés ont demandé que la réglementation sur la mesure du bruit soit modifiée pour mieux prendre en considération la réalité sonore subie. Ils ont en outre plaidé pour qu’un fonds d’indemnisation soit créé pour réparer le préjudice subi, en particulier sur la valeur des biens.

La ministre des Transports a commandé une étude de ses services qui sera rendue à la fin de l’année, qui devra présenter objectivement la réalité des nuisances, proposer des adaptations de la réglementation et des réponses aux collectivités et aux riverains.

« Nous restons très mobilisés sur le sujet et continuerons de défendre les riverains de la LGV. Le progrès ne vaut que s’il est partagé par tous ! » ont conclu les deux députés.