18 fermetures de classes et 6 ouvertures sont prévues pour la rentrée prochaine en Mayenne. Comme dans beaucoup de départements, les mesures de carte scolaire sont contestées, car elles pénalisent les communes concernées.

Certes, le nombre d’élèves diminue en Mayenne et des adaptations sont toujours nécessaires. Mais la règle démographique ne peut valoir sans tenir compte des conséquences d’une fermeture de classe lorsqu’elle condamne une école dans une commune en RPI.

Ce qui est en jeu, c’est la politique comptable du gouvernement en matière d’éducation. Ainsi, le dispositif « Plus de maîtres que de classes » – qui a pourtant montré son efficacité pour mieux accompagner les élèves – est désossé pour « récupérer » des postes permettant de masquer la baisse de moyens. Pour la première fois depuis cinq ans, le budget consacré par la Nation à l’éducation est en baisse de 75 millions d’euros, contrairement aux engagements du Président de la République.

Avant d’être un coût à réduire, l’éducation est un investissement à maintenir. Dans un monde qui bouge où le besoin de repères est immense, l’éducation doit rester une priorité de la Nation.