Ce mercredi 27 novembre, j’ai défendu ma proposition de loi contre la désertification médicale devant la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale.

Cette proposition a été vidée de sa substance par la majorité.

Le texte vise à lutter contre les inégalités d’accès à la santé entre les territoires. Il propose en particulier de réguler l’installation des médecins libéraux dans les zones où l’offre de soins est déjà correctement pourvue. Afin de déterminer précisément ces zones, j’ai proposé la mise en place d’un « Indicateur Territorial d’Offre de Soins », pour rendre compte de façon objective de la réalité médicale, territoire par territoire, et dessiner ainsi une carte de France précise de la présence médicale et des besoins de santé.

Malgré un large soutien des parlementaires de gauche et du centre, y compris du député de la Mayenne Yannick Favennec, la majorité a pris la décision de refuser les mesures proposées. Elle a vidé le texte de toute sa substance en supprimant les articles les plus significatifs.

Le combat contre la désertification médicale n’est pas terminé. La proposition de loi sera débattue en séance le 5 décembre prochain. Il nous reste une semaine pour convaincre les parlementaires de prendre la mesure de l’urgence vécue par des millions de Français.