Aujourd’hui, il n’existe pas de règle uniforme sur le territoire quant à l’ouverture des jardins familiaux ou ouvriers.

Certains jardins sont ainsi interdits d’accès alors que d’autres sont ouverts sous conditions.

Ces jardins sont pour beaucoup un moyen de se nourrir dès les prochains mois, et leur accès en cette période de semis constitue un réel enjeu.

Des départements voisins ont autorisé l’ouverture de ces jardins à condition que les gestes barrières et des règles d’accès soient respectés : une seule personne par parcelle, temps limité, exigence de proximité du domicile…

C’est pourquoi j’ai sollicité la préfecture pour que les règles permettant l’accès aux jardins familiaux dans notre département soient définies.