J’étais ce matin à Orvault, en Loire-Atlantique, aux côtés des agents d’Enedis-GRDF rassemblés contre le projet de restructuration d’EDF, dit « Hercule ».

EDF est le premier producteur d’électricité en Europe, et le deuxième dans le monde. C’est un fleuron de notre patrimoine économique. Le démantèlement des activités envisagé par le Gouvernement doit être stoppé.

Le groupe EDF, détenu à plus de 80% par l’État, est depuis plusieurs mois sous la menace du projet Hercule, négocié avec la Commission européenne. Ce projet prévoit une division de l’entreprise en trois filiales étanches, dont la plus lucrative et les énergies vertes seraient soumises à une logique de marché, et de court terme.

Ce projet est une menace directe pour la souveraineté énergétique de notre pays. L’enjeu est de conserver un véritable service public de l’énergie en France. Nous en avons besoin pour réussir la transition écologique et pour garantir l’accès de tous à l’électricité.