La présentation des conclusions du rapport Moinard en Préfecture a permis un échange de vue sur les pistes contenues dans ce document. Elles offrent des perspectives positives, utiles et nécessaires, même si elles n’apportent pas une solution immédiate aux difficultés actuelles des deux établissements (Urgences à Laval, pénurie d’anesthésistes sur le site de Mayenne.)

Nous avons été entendus sur la nécessité d’investir lourdement dans les programmes immobiliers pour reconstruire totalement le Centre Hospitalier de Laval et pour accélérer le transfert des activités restantes du site Roullois sur le nouveau site de la Baudrairie à Mayenne.

L’Etat s’est engagé à apporter au total 132 M € selon l’ARS, ce qui constitue un effort conséquent mais qui devra être confirmé dans le temps. Cet investissement lourd en vue de la modernisation des deux sites est incontournable pour leur attractivité auprès de jeunes médecins.

La mobilisation des citoyens, des soignants et des élus, à l’automne dernier, a porté ses fruits.

Nous attendons une confirmation officielle écrite de ces engagements avant le scrutin des présidentielles et des législatives.

Nous approuvons l’orientation d’une coopération étroite des deux établissements autour d’un projet médical renforcé et de l’engagement du CHU d’Angers de l’accompagner fortement. C’est une piste, comme le développement de liens avec le CHU de Rennes, qui doit permettre là encore de renforcer l’installation dans de bonnes conditions de nouveaux internes. Nous veillerons toutefois à ce que cet engagement d’un travail plus étroit entre les équipes médicales ne débouche pas sur un affaiblissement à terme de l’offre de soins à Mayenne en matière de chirurgie ou de soins critiques. Nous serons extrêmement vigilants sur les équilibres territoriaux mais nous faisons confiance à la capacité des acteurs médicaux de l’ensemble du Groupement Hospitalier de Territoire pour s’inscrire dans cette perspective. Les propos des uns et des autres tenus lors de cette restitution sont de nature à rassurer.

Il n’en demeure pas moins, et c’est la fragilité du rapport, que la question de la pénurie médicale n’est pas traitée. C’est pourtant le point essentiel car les effectifs médicaux et soignants de Laval et de Mayenne sont aujourd’hui très largement insuffisants pour construire un projet médical partagé et ambitieux. Pour qu’une coopération durable et nécessaire se renforce entre les deux établissements et ne reste pas au stade des intentions, il est nécessaire que des réponses opérationnelles soient apportées.

L’Etat n’a pas apporté de réponse convaincante sur ce point essentiel.

Nous invitons en ce sens le gouvernement et sa majorité à revenir sur son opposition de principe à une meilleure régulation dans l’installation et la répartition des médecins.

Florian BERCAULT Jean Pierre LE SCORNET
Maire de Laval Maire de Mayenne
Président de Laval Agglomération Président de Mayenne Communauté

Yannick FAVENNEC Guillaume GAROT
Député de la 3ème circonscription Député de la 1ère circonscription
de La Mayenne de La Mayenne