J’ai interpellé le Premier ministre Jean Castex, lors de la séance des questions d’actualité au Gouvernement de ce mardi 22 février, sur la situation en Ukraine.

Les actions inacceptables du président Poutine font craindre un conflit d’ampleur, et des conséquences terribles pour les populations locales et la stabilité du monde.

J’ai demandé unité, et surtout fermeté face à Vladimir Poutine : Les efforts de conciliation devaient et doivent continuer à être déployés, mais il faut se rendre à l’évidence : face aux visées expansionnistes du président Poutine, c’est avec la plus grande clarté et avec la plus grande solidarité que les Européens doivent s’opposer à la stratégie du Kremlin. Car les principes de souveraineté, d’intégrité des États et de liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes ne sont pas négociables.

Au nom du groupe Socialistes et apparentés, j’ai demandé qu’un débat soit tenu au Parlement sur les tensions entre l’Ukraine et la Russie : Le Parlement français ne peut être tenu à l’écart de ce qui se joue : ce n’est pas ainsi qu’une grande démocratie fonctionne avec efficacité.

Nous demandons solennellement qu’un débat soit organisé ici, pour faire le point et permettre au Gouvernement de rendre compte de son action, selon les termes de l’article 50-1 de la Constitution.