J’ai cosigné, avec les députés du groupe Socialistes et apparentés, une proposition de résolution européenne déposée ce mardi 1er mars, qui demande « la saisie définitive des biens mobiliers et immobiliers de Vladimir Poutine situés dans l’Union européenne ».

Cette initiative est cohérente avec les sanctions déjà annoncées par l’UE depuis plusieurs jours. Les avoirs du président Poutine et d’un grand nombre de personnalités russes de premier plan ont déjà été gelés. Mais compte tenu de la gravité de ses actes, la question d’une saisie définitive de ces biens doit être posée, y compris ceux enregistrés au nom de ses proches.

Le texte propose également la vente de ces avoirs, et le versement des bénéfices dégagés à un fonds européen de soutien à l’Ukraine.

Je l’ai déjà dit : face une telle violation du droit international, de la souveraineté des États et de la liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes, il ne saurait y avoir de demi-mesure. Cela implique des sanctions fermes et définitives comme celles que nous défendons dans cette résolution.