J’étais présent ce jour à l’Assemblée nationale pour assister, dans l’hémicycle, à l’intervention du président ukrainien Volodymyr Zelensky. C’était un discours fort, émouvant et d’un grand sang-froid. Zelensky incarne le courage et la détermination de tout un peuple face à l’invasion russe.

C’est un appel à agir plus fort. La France et l’Europe ne doivent pas déclarer la guerre face à la Russie, mais nous devons continuer à aider les Ukrainiens à se défendre, et accentuer les sanctions contre le régime du dictateur Poutine. L’enjeu, aujourd’hui, est d’éviter un enlisement qui banaliserait ce conflit, et donc de parvenir à stopper dès que possible la guerre déclarée par la Russie.

Le président Zelensky a raison de demander à la France d’agir pour que nos entreprises présentes sur le sol russe cessent d’alimenter l’économie russe, finançant ainsi la guerre du Kremlin. Nous devons également imposer un véritable embargo sur le pétrole et le gaz russes, pour assécher les ressources de la Russie.

Cette décision aura des conséquences évidentes pour notre économie et notre approvisionnement en énergie, mais c’est décisif pour obliger Vladimir Poutine à renoncer.

C’est en présentant un front uni et solidaire que la communauté internationale parviendra à mettre un coup d’arrêt à l’expansionnisme du Kremlin. Face à la violation des droits des peuples, à la destruction des libertés fondamentales et aux crimes de guerre, seule la fermeté fera plier Vladimir Poutine. Nous devons y être prêts.