Les essais nucléaires dans le Pacifique et au Sahara ont causé des maladies très graves et parfois mortelles pour les civils et militaires présents à proximité des sites de tirs, des années 1960 à 2000.

L’Assemblée nationale a modifié hier la procédure d’indemnisation des victimes d’essais nucléaires, en supprimant, à l’unanimité, la notion de « risque négligeable », qui empêchait de reconnaître le lien de causalité entre la maladie et les essais nucléaires.

En effet, de nombreux dossiers d’indemnisation sont actuellement rejetés faute de pouvoir démontrer ce lien de causalité.

Je salue ce vote historique.

Le gouvernement s’est finalement rangé à l’avis des députés, pour qu’une juste indemnisation soit enfin possible.

Investi depuis longtemps sur ce sujet, je me réjouis de cette adoption : C’est le fruit d’un long combat, mené conjointement par les associations et les parlementaires.