J’ai rencontré le Directeur départemental des services de l’Education nationale au sujet de la carte scolaire de la prochaine rentrée en Mayenne.

24 fermetures de classes et 5 ouvertures sont prévues pour la rentrée prochaine. Comme dans beaucoup de départements, les mesures de carte scolaire sont très contestées, car elles pénalisent de nombreuses communes.

Certes, le nombre d’élèves diminue en Mayenne. Mais la règle démographique ne peut être imposée aveuglément. La fermeture d’une classe peut être un traumatisme lorsqu’elle condamne une école dans une commune en RPI.

L’enjeu fondamental est d’éviter la fermeture d’écoles, car l’école est un élément de vitalité et d’attractivité essentiel, et participe de la qualité de vie des familles.

J’ai donc plaidé en faveur d’un enseignement de qualité en milieu rural comme en ville, que je refuse d’opposer l’un à l’autre. Ce qui compte, c’est de défendre la présence de l’école dans nos communes, dans des classes qui ne doivent pas être surchargées.

Au delà, pour les années à venir, il est important d’ouvrir des perspectives et d’offrir des garanties de stabilité pour consolider nos écoles. Et il n’est pas illogique d’anticiper au besoin de nouveaux regroupements pour garantir la présence du service public de l’éducation dans les communes.