G. Garot vote la confiance au Gouvernement

J'ai voté la confiance au gouvernement de Manuel Valls.

Oui, les résultats se font attendre. Oui, l'Europe doit jouer son rôle. Mais oui aussi, nous devons avoir confiance dans l'avenir de notre pays, de notre économie et des savoirs-faire de nos salariés.

Je suis convaincu que, pour sortir de la crise, notre pays a besoin de stabilité et de sang-froid. Nous sommes au milieu du gué : ce n'est pas le moment de lâcher.

Pour réussir contre le chômage, nous devons soutenir l'investissement des entreprises et des collectivités : ils feront les emplois de demain. Nous devons baisser la dépense publique, la où c'est nécessaire. Et redonner du pouvoir d'achat aux salariés modestes pour soutenir la consommation, en continuant les baisses d'impôt.

Plus que jamais, nous devons rassembler nos forces, avec les partenaires sociaux, pour nous retrouver autour de priorités claires : le recul du chômage, l'éducation, la préservation de notre protection sociale.

Guillaume Garot à Pré-en-Pail

Dans le cadre des "journées cantonales" que j'organise mensuellement, je serai présent ce vendredi 19 septembre à Pré-en-Pail, selon le planning suivant :

13h déjeuner avec les maires du canton à Boulay-les-Ifs

14h30 visite de l'entreprise de confection textile SCAT

16h permanence à la mairie de Pré-en-Pail

17h15 point de rencontre avec les habitants, ouvert à tous, au café "Le Brazza" à Pré-en-Pail. Je vous invite à venir m'y retrouver pour un temps d'échange convivial autour des sujets qui vous préoccupent et de l'actualité de notre territoire.

Un code postal mayennais pour Ravigny

La commune de Ravigny, située dans le canton de Pré-en-Pail, au nord du département, et jusque là rattachée à un code postal de l'Orne (61420) vient d'obtenir un code postal mayennais (53370), opérationnel à compter du 28 octobre prochain.

Il s'agit d'une nouvelle importante qui va faciliter la vie quotidienne des habitants de Ravigny. Je suis jeureux de l'aboutissement de ce dossier sur lequel je m'étais mobilisé.

Le code postal ornais posait de nombreuses difficultés, avec des retards importants dans la distribution du courrier, des complications avec les administrations (CAF, CPAM, caisses de retraites...), qui, au vu du code postal, pouvaient considérer que les demandes de Ravigny ne relevaient pas de leur compétence territoriale.

De même, pour les transports scolaires, le logiciel d'inscription ne reconnaissait pas le code postal de Ravigny, idem pour les transporteurs dont les marchandises transitent inutilement par l’Orne entraînant des retards de livraison importants.

Enfin, le code postal mayennais est un élément d'appartenance de la commune à notre cher département!

Une loi pour mieux accompagner nos aînés

En 2060, une personne sur trois aura plus de 60 ans en France.

Il est nécessaire que notre société s’adapte au vieillissement pour garantir, dans l'avancée en âge, la meilleure qualité de vie possible aux aînés.

Fruit d’une longue concertation avec les professionnels et les associations du secteur, le projet de loi débattu cette semaine à l'Assemblée nationale innove et propose des solutions concrètes pour faciliter la vie des plus âgés.

Afin de permettre le maintien à domicile, le projet de loi veut faciliter l'adaptation du logement au vieillissement, par des subventions de l’Agence nationale de l’habitat et de la caisse d’assurance vieillesse.

Par ailleurs, 700 000 personnes âgées pourront bénéficier d'une augmentation du nombre d’heures d’aide à domicile et d'une réduction du niveau de participation financière qui pourra atteindre 80%, grâce à l'amélioration de l'APA.

Enfin le projet de loi instaure "l'aide au répit" pour les aidants familiaux. Cette aide consiste à financer l’accueil ou l’hébergement, pour une période limitée, de la personne aidée dans une structure adaptée pour soulager les proches.

Cette réforme est entièrement financée par la contribution additionnelle de solidarité sur l’autonomie (CASA) votée en 2013.

G. Garot : « confiance dans nos enseignants, piliers de notre système éducatif »

En cette rentrée, je tiens à adresser un message de confiance aux enseignants. Les enseignants sont les piliers de notre système éducatif. Ils méritent notre soutien et notre confiance. Ils sont parfois contestés dans leur autorité, voire dévalorisés dans leur mission éducative. Ce n’est pas acceptable. La réussite de chaque élève passe par la confiance que les familles, les élus et l’ensemble de la société leur accorde.

L’école ne doit pas être un champ de bataille politique et idéologique.

j'en suis convaincu : c’est toute la Nation qui doit se mobiliser pour la réussite de chaque enfant. Cela passe par la réforme des rythmes scolaires, certes par endroits difficile à mettre en place, mais tellement nécessaire parce c’est le matin que les enfants apprennent le mieux. Cela passe aussi par le rétablissement de la formation des enseignants. C’est enfin l’effort considérable du pays pour des classes moins chargées, avec la création de 60 000 postes d’ici 2017, alors que 80 000 postes avaient été supprimés entre 2002 et 2012.

Dans un contexte financier tendu, investir pour l’éducation, c’est investir pour l’avenir du pays.

Notre appel des 200 députés socialistes

Pour que réussisse la gauche. Pour faire avancer notre pays. Notre appel des 200 députés socialistes ici

Congés d'été

La permanence parlementaire sera fermée du 4 au 23 août 2014.

Guillaume Garot et son équipe vous souhaitent un agréable été !

Réforme des bourses étudiantes : Guillaume Garot interroge Benoit Hamon

La réforme des bourses étudiantes va favoriser l’accès aux études supérieures et la réussite d’un plus grand nombre d’étudiants.

Cette réforme permet la création de 77 500 nouvelles bourses annuelles de 1000 euros pour les étudiants boursiers "échelon 0" qui bénéficiaient de l’exonération de droits de scolarité et de cotisation de sécurité sociale mais ne percevaient aucune aide financière.

Cet effort d’élargissement bénéficiera d’abord aux étudiants issus des familles les plus modestes, et à ceux qui sont obligés de travailler à côté de leurs études. C’est un vrai soutien apporté aux familles et à l’autonomie des jeunes.

Je comprends la déception des bacheliers boursiers, concernés par la suppression de la prime au mérite mais une partie pourra bénéficier des nouvelles mesures d’aide.

Lire la suite...

Des mesures pour favoriser l’embauche d’apprentis

L’Assemblée nationale a voté, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative pour 2014, le déblocage de 146M€ pour inciter les entreprises à embaucher des apprentis dès la rentrée.

Cette enveloppe financera une aide de 1 000 € pour chaque embauche d’apprenti dans les entreprises ressortissantes de branches ayant conclu un accord prévoyant le développement de l'apprentissage.

Elle donnera aussi aux CFA de nouveaux moyens pour former les jeunes dans les branches.

Les conditions de cette nouvelle aide seront présentées très prochainement au Parlement pour donner de la visibilité aux acteurs de l'apprentissage et s’appliquer aux contrats à signer jusqu’en décembre 2014.

C’est une opportunité à saisir pour les entreprises concernées. L’apprentissage est une voie d’excellence pour l’accès à l’emploi, la reprise ou la création d’entreprise. Aujourd’hui, 7 apprentis sur 10 trouvent un emploi stable à l’issue de leur formation.

Par cette mesure le gouvernement poursuit son engagement en faveur de l’apprentissage, pour atteindre l’objectif de 500 000 apprentis en 2017.

G. Garot pour la fusion des régions Bretagne et Pays de la Loire

Dans le cadre des débats à l’Assemblée nationale sur le projet de loi relatif à la délimitation des régions, j'ai co-signé un amendement pour une fusion des régions Pays de la Loire et Bretagne.

Notre amendement se fonde sur les réalités de vie, tant bretonnes que ligériennes, qui démontrent les fortes interactions qui existent entre les deux régions. Cette proximité et ces complémentarités ont amené les collectivités des deux régions à engager depuis de nombreuses années des coopérations sur des sujets stratégiques en matière de développement économique, d’infrastructures, de formation, de recherche...

Je regrette qu’à l’issue des débats cette fusion n’ait pas été retenue.

Je maintiens néanmoins que la fusion des deux régions va dans le sens de l’histoire. Je continuerai à défendre une union avec la Bretagne, vers laquelle nous sommes déjà tournés.

- page 1 de 36